fermer

Vous souhaitez partager cette page à un proche ? Renseignez les informations ci-dessous

Où se mettre au vert dans les Hauts-de-Seine ?

Le département des Hauts-de-Seine passe pour être très dense et urbanisé. Pourtant, de projet immobilier en projet immobilier, il montre qu’il a pris à bras le corps la question du réchauffement climatique.

 

Si le plus petit département français, hors Paris, affiche une densité de 9 143,8 habitants au mètre carré (2017), les cimes d’arbres sont assez bien répartis pour poser votre nid. Ainsi, les bois et forêts représentent 8,6 % des 176 km² de superficie totale des Hauts-de-Seine. Pas d’hésitation à avoir : pour s’installer près d’un poumon vert, il faut cibler les villes proches des forêts domaniales de Meudon et des Fausses-Réponses, du Bois de Clamart ou encore du Domaine national de Saint-Cloud : Marne-la-Coquette, Ville d’Avray, Garche, Rueil-Malmaison, Vaucresson, Sèvres, Chaville, Meudon-la-Forêt ou encore Clamart.

Maillage dense de parcs et d’espaces verts

Ces quatre poumons des Hauts-de-Seine, assez proches des uns des autres, créent une barrière verte entre le Nord et le Sud du département. Son franchissement rendu possible par des axes de transports routiers (A13, A86, N118, D910, D2) et ferroviaires permettant de rejoindre les gares Saint-Lazare et Paris-Montparnasse entre 10 et 60 minutes selon l’éloignement.

Vous pouvez aussi trouver votre bonheur en optant pour des espaces verts plus resserrés : l’île de Puteaux, le parc André Malraux à Nanterre, l’Hippodrome et le Golf de Saint-Cloud, le Parc de la Vallée aux Loups à Châtenay-Malabry, le Domaine départemental de Sceaux, la Coulée verte d’Anthony, ou encore le Parc Henri Sellier au Plessis-Robinson. Ils viennent aérer des zones particulièrement denses. Ce qui en fait des lieux très prisés pour habiter à proximité ou s’y promener les dimanches de printemps ou les soirs d’été.

En avant les écoquartiers !

Cela peut surprendre, mais chaque commune des Hauts-de-Seine dispose de plusieurs coins de verdure, plus ou moins étendu. Du coup, vous avez toutes vos chances d’en avoir un près de votre futur logement. Cependant, les maires ont bien conscience que la seule présence de parcs et espaces verts ne peut suffire à participer à la limitation du réchauffement climatique. Il leur faut aussi opter pour des initiatives bien plus impactantes : les écoquartiers par exemple.

La ville la plus impliquée dans cette démarche est Issy-les-Moulineaux avec déjà trois parties de la ville réaménagée dans cette esprit : le “Fort d’Issy”, les “Bords de Seine” et prochainement “Issy coeur de Ville”. Mais en réalité, de nombreux projets éclosent ici ou là en Hauts-de-Seine. Quelques exemples de programmes récents : Trapèze à Boulogne-Billancourt, Les Groues et “Centre Sainte-Geneviève” à Nanterre, “ZAC Marine 2” à Colombes, “Seine Ouest” à Asnières, “La Vallée” à Châtenay-Malabry ou encore “l’Arsenal” à Rueil-Malmaison. Bref, de manière contre-intuitive, habiter en Hauts-de-Seine peut participer à la lutte que le réchauffement climatique.

 

fermer

Besoin d'un coup de main pour préparer votre projet immo ?